Make your own free website on Tripod.com

 

 

Rabbins

 

 

 

Introduction

Nous vous présenterons, par l'intermédiaire de cette page, quelques rabbins qui jouèrent un rôle important, pour ne pas dire primordial, dans la culture juive ashkénaze. Nous avons choisi de vous parler du rav de Breslov, mais également du Hirsch et du rav Kook qui marquent – tous autant qu'ils sont – profondément le judaïsme que la pensée juive contemporaine.   

 

Rav Nahman de Breslov

 

 

Rabbi Nahman né en 1772 en Ukraine, dans la ville de Mezhibozh. Il est le petit-fils, du côté de son père, de la dynastie naissante de Nahman de Horodenka ; un des premiers disciples du Baal Shem Tov. Baal Shem Tov qui est également son grand-père par l'héritage maternelle. C'est avec ce bagage familial lourd de signification, que rabbin Nahman commence à étudier, dès son plus jeune âge, la Torah. Il se distingue par une crainte de HaShem, qui le distinguera des autres élèves. Marié à quatorze ans, il part ainsi, avec la force de son nom et l'enseignement qu'il détermine, dans la bourgade de son beau-père.

Partant pour une autre bourgade il s'entoure lui-même de disciples, impressionnés par sa méthode quelque peu originale. C'est peut-être à cause de la contestation qui entoure ses enseignements qu'il décida, en 1792, de partir en Israël. Le voyage se joint de fantaisies, d'aventures épiques avec qu'il n'atteigne la Terre sainte. Vivant une expérience, entre Tibériade et Safed, qu'il n'arrive à canaliser, ayant des mauvaises relations avec les Turcs, il préfère finalement rentrer chez lui.

En 1799, de retour en Europe de l'Est, il s'installe à Zlatopoli où il s'attire les foudres du rabbi Aryèh Leib qui l'accuse d'hérétisme, de la propagation des doctrines mensongères émanant des faux-messies. Des personnes illustres, tel que le rav Shneour Zalman de Lady, s'insurgent contre les accusations du rav Aryèh Leib. En 1802, il s'installe ainsi à Breslov (ou Breslev) où il fonde sa yeshiva. Il meurt prématurément à Uman en 1810.

 

Rav Hirsch

 

Le rav Hirsch appartient à la famille Schapira, famille religieuse d'Hambourg, qui se renomma Hirsch. Il né en 1806 dans cette même ville d'Hambourg où la réforme prend de plus en plus d'influence. Son père décède lorsqu'il est encore jeune, lui laissant sa fortune de commerçant et un testament spirituel dont il s'inspira grandement pour la formation de sa doctrine. Il est très influencé par Isaac Bernays "Ha-Hakham", le rav d'Hambourg avant de partir de Mannheim en 1826. En 1829, il fréquente l'université de Bonn.

Devenu rabbin d'Oldenburg, il publie en 1936 un livre retentissant contre la réforme, prêchant pour une orthodoxie renouvelée : l'Igarot Tsafon, ou Neunzehn Briefe über Judenthum (Dix-neuf épîtres sur le judaïsme). En 1841, il réunit sous sa tutelle plusieurs communautés de la région d'Hanovre où il créé les premières écoles de kodesh et de hol destinées aux filles et aux garçons. Appelé de 1846 à 1851 en Moravie, il organise la vie juive du pays à l'instar de ses œuvres allemandes. Soutenu par les Rothshield qui adoptent ses positions, il oriente désormais ses efforts à récupérer dans la voix des mitzvot les communautés juives de Russie. Il meurt en 1881.

 

Rav Kook

 

Le rav Kook est né en Lettonie en 1865. Il mène des études à la yeshiva de Volozhin avant d'être nommé rabbin de Zemel puis de Baousk en Lettonie. Sioniste, il se voit confié le poste de Grand rabbin pour les communautés environnant Yafo. En Allemagne (1914) il assiste à la conférence inaugurale de l'organisation Agudat Israel. Malheureusement pour lui, la guerre éclate et il doit fuir en Suisse. Il rejoint Londres où il devient, pendant son cours séjour, rabbin d'une communauté orthodoxe. Il profitera de ce séjour londonien pour influencer de son charisme et de sa prestance intellectuelle les négociations qui découlent sur la Déclaration de Balfour en 1917. En 1918, son exil londonien favorise sa nomination au poste de rabbin ashkénaze de Jérusalem. En effet, l'effondrement de l'Empire Ottoman plaçait avec les accords de Sèvres de 1920 la tutelle de l'Angleterre sur Israël mais son influence y était déjà considérable depuis l'armistice de Moudros. Grand rabbin des ashkenazim en 1921, il organise la doctrine religieuse en concordance avec le sionisme. Sa grande érudition et son charisme le placent en tête des rabbins influents d'Israël. Même les opposants ultra-orthodoxes lui reconnaissent les qualités de sa personne. Il décède en 1935.   

 

 

Ce site est soumis aux règles régissant la propriété intellectuelle

www.yiddishfrance.fr.st©