Make your own free website on Tripod.com

 

 

Histoire du sionisme

 

 

 

Sommaire

  1. Avant Herzl
  2. L'œuvre d'Herzl
  3. Le sionisme politique

 

Avant Herzl

 

Le sionisme ne n'est pas d'un coup, œuvre unique de Théodore Herzl. Il provient d'une lente évolution dans les mentalités juives qui porte en héritage le mouvement romantique du début du XIXe siècle. Mais également, il découle un sentiment d'une culture nationale dont l'aboutissement sera le printemps des peuples. Cette renaissance d'une identité culturelle juive est introduite dans les milieux laïcisés, intellectuels, en rupture avec le monde orthodoxe. A tel point que le journaliste Peretz Smolenskin écrira directement en langue liturgique pour ses articles. Comprenez l'offense dans son geste pour un certain nombre d'individus.  

Une association (Hovevei Tsion, crée en 1880) recueillera les déçus de la Haskala et les partisans d'une culture juive unitaire. Elle encourage dès 1882 les victimes des pogroms à immigrer en Eretz Israël.

 

Lexique

 

- Hovevei Tsion :

Amants de Sion (colline de Jérusalem)

- Haskala :

Mouvement juif, dit des "Lumières", prônant autant bien l'émancipation que l'assimilation.

- Eretz Israël :          

Terre d'Israël

 

L'œuvre d'Herzl

 

Au premier Congrès sioniste sous la tutelle d'Herzl à Bâle (1897), des juifs de toutes les tendances : des socialistes comme Moshe Hesse (Rome et Jérusalem – 1862), des plus religieux jusqu'à Bernard Lazare (publiciste, défenseur de Dreyfus) accompagnèrent l'Etat Juif (1896) de Théodore Herzl.

Qui est Herzl ? C'est un journaliste hongrois (né en 1860 à Budapest) qui prônait jusqu'à l'affaire Dreyfus une assimilation des Juifs aux autres nations. En 1896, il écrit son livre qui a un fort retentissement dans la classe politique. Pourquoi eut-il plus de succès qu'un autre ? Certainement car il était centriste et progressiste, de même qu'il propose le premier la création d'un Etat – au sens institutionnel et en vertu du droit – d'Israël.

A l'issu du premier Congrès, on se décide sur la nécessité d'un foyer juif en Eretz Israël et on crée l'OSM (Organisation Sioniste Mondiale). Mais le centre idéologique du sionisme n'est pas encore formé. Le mouvement est même tellement divisé que Herzl obtient de la Grande-Bretagne l'orientation que ce foyer juif devrait s'établir en Ouganda. Herzl – si peu religieux – accepte ce qui entraîne presque la scission du mouvement sioniste.

Finalement, la solution ougandaise est évacuée au VIIe Congrès en 1905 alors qu'Herzl, l'année précédente, avait réalisé le compromis au sein du mouvement.

               

 

Le sionisme politique

 

Le premier succès du sionisme date de 1917 où on obtient du Sultan la Déclaration Balfour (du sioniste britannique portant le même nom) qui voit un engagement sous tutorat britannique à la création du foyer juif en Eretz Israël. Mais au lendemain, l'immigration est encore trop lente au goût des responsables du mouvement. Et cela surtout qu'en 1921, Lénine interdit aux citoyens soviétiques l'alyah.

De plus, l'époque renouvelle un conflit lattant au sein du mouvement. Brandeis (sioniste américain) est défenseur d'une simple colonisation culturelle juive quant à Weizmann, il soutient la nécessité de la lutte politique dans celle-ci. Finalement c'est Weizmann qui l'emporte, créant en 1929 l'Agence Juive, chargé d'aider les juifs d'Israël par la Galouth et encourageant à l'immigrer vers Israël. Résultat, à la fin du mandat britannique en 1947, près de 600 mille personnes avaient déjà immigrés en Israël.

Mais les disputes d'hier perdurèrent sur la question de composition d'un Etat souverain. Le groupe de Jabotinski (portrait ci-contre) préconisa alors un grand Israël sur les limites antiques du royaume de Salomon. Alors que d'autres, dont Ben-Gourion est un héritier, désiraient – bien plus pragmatique – un Etat en coexistence avec les populations arabes. Or l'Angleterre ne voulant offrir la terre légitime des Juifs, les opérations militaires contre la tutelle anglaise eurent pour conséquences autant la rupture avec la communauté musulmane que la création d'Israël.

 

Lexique

 

- Alyah :

Immigration en Israël

- Galouth :

La diaspora

 

 

Ce site est soumis aux règles régissant la propriété intellectuelle

www.yiddishfrance.fr.st©